logo de Bel-foot-euro.be
 
 

RSC Anderlecht

SV Austria Salzbourg

 
223e match européen du RSCA
 
1er tour de la Coupe UEFA 1997-98. (Match retour, le 30/09/1997)
 
 
     
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 80'
 
 
 
 
 46'
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 13'
   
 
 
 
 65'
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 30'
 
 
 
 
 40'
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 79'
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
 80'
 
 
 
 
 79'
   
 
 
 
 66'
 
 
 
 
 13'
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 46'
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eduard Glieder
 5'
 
 
Valdas Ivanauskas
 32'
46' 
Frédéric Peiremans
 
 
 
55' 
Oleg Yashchuk
 
 
 
62' 
Didier Dheedene
 
 
 
63' 
Frédéric Peiremans
 
 
 
 
 
Stade Constant Vanden Stock à Bruxelles. (14.000 spectateurs)
 
Retour en haut de page
Retour en haut de page
 

Le miracle existe : Anderlecht peut en témoigner ! (Journal Le Soir du 1.10.1997)

Mené 0-2 à la mi-temps, le Sporting est parvenu, dès la reprise, à inscrire 4 buts et à se qualifier. La résurrection est-elle pour demain ?

Jamais, sans doute, dans l'histoire anderlechtoise, la Coupe d'Europe n'a-t-elle ménagé à ses supporters autant d'émotions qu'à la faveur du scénario inimaginable qui s'est déroulé, hier soir, sous nos yeux.

Songez que les quelque 10.000 irréductibles ayant rallié le Parc ce mardi avaient dû attendre la fin de la première demi-heure pour enregistrer la première intervention du gardien visiteur, sur un centre de Zetterberg !

Entre-temps, le Sporting avait déjà mis le genou à terre à la suite d'un coup de coin repris de la tête par Glieder. Cette phase victorieuse se répéta pour Salzbourg à la 35e minute. Mais, cette fois, ce fut une monumentale bévue de Milojevic qui précipita la perte de nos représentants. Il eût été malvenu, toutefois, d'attribuer au portier serbe la responsabilité de cette débandade collective.

Reconstruite de bric et de broc en laissant tout à la fois Debbah et Stoica sur le banc au seuil d'un match qu'il fallait impérativement gagner, la phalange de Vandereycken exhiba, une fois encore, tout au long de cette période initiale, un visage affligeant. Peu avant la pause, Scifo lui-même commit une monstrueuse erreur technique qui faillit bien permettre à Salzbourg de porter la marque à 0-3. Le public, bon prince, pardonna à sa star, mais se mit à conspuer copieusement un effectif complètement déboussolé.

Répondant au souhait du populo, René Vandereycken, en bien mauvaise posture à l'instar de son équipe, remplaça durant la pause Johnson par Stoica. La métamorphose fut fulgurante, traduite aussitôt, au marquoir, par une reprise de Peiremans, lui aussi posté victorieusement à l'affût sur coup de coin. Il restait près d'une mi-temps au Sporting pour inscrire deux buts. L'égalisation survint dans la foulée, à la suite d'un service de Zetterberg magistralement repris du front, dans une position impossible, par Iachtchouk.

Mue par un délire collectif, la foule poussa tant et plus ses favoris vers le but adverse. Et le miracle survint quand Dheedene s'extirpa de la mêlée pour pousser la balle hors de portée de Safar. A 3-2, la qualification était quasiment acquise pour une phalange ressuscitée, transfigurée, extraordinairement déterminée et servie, enfin, par une incroyable réussite.

Alors que la partie venait à peine de reprendre son cours, Anderlecht héritait d'un nouveau coup de coin que Peiremans, encore lui, déviait du front dans les filets. Après avoir tout juste trouvé à quatre reprises la voie des filets en six matchs de championnat, les Mauves venaient, en un peu plus de 20 minutes, d'en faire autant. On baignait en plein surréalisme.

Saoulé de coups après avoir trop tôt goûté au bonheur, Salzbourg tenta bien de réagir, mais ses offensives manquaient désormais de punch et de vivacité. Le moral venait, aussi, de changer de camp. Et la qualification survint, sur un interminable air de valse, alors que la nuit, étonnamment douce pour la saison, enveloppait le stade. Depuis hier, Saint-Guidon peut en témoigner : le miracle existe !

Par JEAN-LOUIS DONNAY (Journal Le Soir du 1er octobre 1997)

Source : Les archives du journal Le Soir