Excelsior Mouscron

Slavia Prague

 
7e match européen de l'Excelsior Mouscron
 
1er tour de la Coupe UEFA 2002-03. (Match aller, le 19/09/2002)
   
 
     
 
 
 
 
 
 
 
Tomas Dosek (84e Pavel Kuka)
 
Tonci Martic (67e Asanda Sishuba)
 
Patrik Gedeon (79e Jan Suchoparek)
Christophe Grégoire (67e Cleiton)
 
 
 
Adauto Da Silva (61e Karel Pitak)
 
 
Jan Suchoparek (rentre à la 79e)
 
Cleiton (rentre à la 67e)
 
Asanda Sishuba (rentre à la 67e)
 
       
Karel Pitak (rentre à la 61e)
       
Pavel Kuka (rentre à la 84e)
 
 
 Buts :


41e Vachousek (0-1), 48e Petrous (0-2), 72e Mbo Mpenza (1-2), 90e Mbo Mpenza (penalty: 2-2).


 
 Carte
 Jaune
:

24e Adam Petrous, 89e Geoffrey Claeys, 90e Steve Dugardein.


 
 Carte
 Rouge
:

90e Radek Bejbl (exclu pour une faute dans son rectangle sur Mbo Mpenza).


 
 Arbitre :
 Stade :
M. Dani Koren

Le Canonnier à Mouscron. 6.000 spectateurs)
Retour en haut de page
Retour en haut de page
 
Genk ou le Slavia Prague, c'est la même chose pour Mouscron

Ceux qui ont vu Mouscron-Genk, et notamment l'entraîneur du Slavia Prague, ont eu l'impression de revivre le même scénario, jeudi soir, au Canonnier. Menés 0-2 après septante minutes et virtuellement éliminés de la coupe UEFA, les hommes de Staelens sont revenus au score pour entretenir l'espoir d'une qualification.
En un quart d'heure pourtant, tout le monde avait compris que la tâche dévolue aux Mouscronnois face au Slavia Prague était ardue.
Les Tchèques évoluaient ainsi en un 4-5-1 mouvant. En version défensive, le véloce brésilien Da Silva avait pour mission d'empoisonner le duo Besengez-Claeys. Il prenait ainsi de vitesse le premier nommé à la 14e et sans Vandendriessche, le but tant redouté était déjà au rendez-vous. En version offensive, les Tomas Dosek et Vachousek n'oubliaient pas leur formation d'attaquants. Le tout articulé autour d'un pressing constant pour gêner la progression de Mouscron qui en oubliait son propre football.
Un Mouscron qui, bien que trop respectueux de son adversaire en première période, n'en restait pas moins dangereux. Par une reprise de la tête de Mpenza au quart d'heure, et surtout lorsque celui-ci se fit « sécher » par Petrous (27e), dernier défenseur. Là où on attendait la carte rouge, l'arbitre israélien ne sortait que la jaune...
Qu'importe, Mpenza remettait le couvert en roulant Petrous dans la farine (35e), mais l'excellent Cerny veillait au grain. Et rassurait un solide bloc tchèque qui allait faire sauter l'arrière-garde locale peu avant la pause. Sur un coup-franc, la défense mouscronnoise faisait preuve d'un étonnant laxisme en marquage et un centre de Dostalek permettait à Vachousek d'ouvrir le score (0-1).
Un but avant la pause, un autre juste après par Petrous (0-2), l'homme qui aurait dû être exclu, le parcours européen de Mouscron prenait une voie sans issue.
Et puis le miracle. A la réception d'un centre de Zewlakow, Mpenza redonnait l'espoir aux siens. Mais de là à voir l'égalisation tomber du ciel ! Surtout par la grâce de l'arbitre qui montra une carte rouge à l'expérimenté Bejbl pour une faute dans le rectangle sur Mpenza avant d'accorder un coup de réparation transformé par le même Mbo. L'absence de Bejbl et son expérience vont nous manquer au retour, regrettait l'entraîneur tchèque qui pensait logiquement avoir plié le match après cinquante minutes. Mais alors que le parcours européen de Mouscron prenait une voie sans issue, l'espoir changeait de camp. Les joueurs de Staelens n'iront pas à Prague pour faire du tourisme...

ETIENNE PAIROUX (Journal Le Soir du 20 septembre 2002)

Source : Les archives du journal Le Soir