Excelsior Mouscron

Fylkir Reykjavik

 
6e match européen de l'Excelsior Mouscron
 
Tour préliminaire de la Coupe UEFA 2002-03. (Match retour, le 29/08/2002)
 
 
     
 
 
Kjartan Sturluson
 
Valur Gislason (69e Jon Hermannsson)
 
Teodor Oskarsson (69e Kristinn Tomasson)
 
Omar Valdimarsson
 
Sverrir Sverrisson
 
Finnur Kolbeinsson (C)
 
Gunnar Pétursson
 
Thorhallur Johannesson
 
Bjorn Asbjornsson
Mbo Mpenza (76e Marcin Zewlakow)
 
Sævar Gislason
Claude Bakadal (90e Asanda Sishuba)
 
Bjorgvin Vilhjalmsson (62e Sigurdur Hermansson)
 
Bjarni Halldorsson (G)
 
Hreidar Bjarnason
 
Kristinn Tomasson (rentre à la 69e)
 
Sigurdur Hermansson (rentre à la 62e)
 
Steingrímur Johannesson
Asanda Sishuba (rentre à la 90e)
 
Kristjan Valdimarsson
Marcin Zewlakow (rentre à la 76e)
 
Jon Hermannsson (rentre à la 69e)
 
Adalsteinn Viglundsson
 
 Buts :


36e Steve Dugardein (1-0), 45e Bjorn Asbjornsson (1-1), 45e Claude Bakadal (2-1), 56e Christophe
Grégoire (3-1).

 
 Carte
 Jaune
:

24e Bjorgvin Vilhjalmsson, 44e Olivier Besengez, 45e Sverrir Sverrisson, 78e Filston Mongu-Nkoy.


 
 Carte
 Rouge
:




 
 Arbitre :
 Stade :
M. Goran Maric

Le Canonnier à Mouscron. 5.500 spectateurs)
Retour en haut de page
 
Une qualification méritée

Concentration, application et... réalisme. De ces trois ingrédients de base indispensables à la victoire, nécessaire pour figurer dans l'urne du tirage au sort de ce vendredi midi, à Monaco, l'Excelsior en a oublié un, jeudi soir, lors de la première demi-heure de son match retour face à Fylkir. Quadrillant remarquablement le terrain face à une opposition assez faible et ne pouvant plus, contrairement au match aller, bénéficier des conditions climatiques particulièrement... défavorables, les Hurlus entamèrent la rencontre tambour battant. Avec sérieux et concentration, mais en oubliant de conclure les nombreuses occasions créées.
C'est ainsi que, dès la 9e minute, Bakadal, qui avait été préféré à Marcin Zewlakow, se ménagea une première réelle occasion grâce à son accélération et son jusqu'au-boutisme. Dévié, son tir amena un coup de coin qui permit ensuite à Grégoire de trouver Martic, esseulé au petit rectangle mais dont la tête fut contrée in extremis et avec brio par le portier islandais. Deux minutes plus tard, le même Martic eut une nouvelle occasion, sur coup franc, de porter son équipe au commandement. A nouveau d'une pureté rare, sa frappe enroulée trouva la base du montant de Sturluson.
Fylkir s'appuyait essentiellement sur la vitesse et la force de pénétration de Saevar Gislason, l'actuel meilleur buteur du championnat d'Islande. A la 26e minute, sur la première occasion des visiteurs, il déborda sur le flanc gauche pour alerter Asbjornsson, lequel, après avoir tardé, fut contré in extremis par Filston.
L'alerte avait été chaude et allait être génératrice de la réaction d'orgueil qui s'imposait. Après deux ballons chauds manqués de peu par Dugardein puis Grégoire, l'Excel trouva enfin l'ouverture à la suite d'un mouvement remarquablement initié par Bakadal et ponctué par Dugardein (1-0).
Enfin réaliste, Mouscron manqua ensuite de la plus élémentaire concentration à la 45e minute quand Asbjornsson, délaissé à l'entrée du rectangle, égalisa d'une frappe sèche et croisée (1-1). Incroyable mais vrai !
Moins de... 30 secondes plus tard, alors que le stress risquait d'envahir les esprits de son équipe, Bakadal envoya un obus sur le poteau... puis récupéra le ballon au forceps pour inscrire son premier but européen, le second de son équipe dans le match (2-1).
Dès la reprise, Mouscron poursuivit sur cette lancée, profitant progressivement des espaces laissés par des Islandais dépassés physiquement. Déjà buteur à l'aller, Christophe Grégoire mit enfin son équipe sur le velours à la 56e minute quand, après s'être défait de deux défenseurs, il envoya un tir puissant à ras de terre qui fit mouche via le poteau (3-1). La suite du match ne fut plus qu'une agréable promenade de santé pour des Hurlus qui doivent à présent s'attendre à tirer le gros lot au casino européen de Monaco.

VINCENT JOSÉPHY (Journal Le Soir du 30 août 2002)

Source : Les archives du journal Le Soir