Sparta Prague

KRC Genk

 
14e match européen du KRC Genk
 
3ème tour préliminaire de la Ligue des Champions 2002-03 (Match retour, le 27/08/2002)
   
 
     
 
 
 
Kevin Vanbeuren (63e Justice Wamfor)
 
Tomas Hubschman (55e Tomas Jun)
 
 
 
Mirsad Beslija (81e Takayuki Suzuki)
 
 
 
Michal Pospisil (83e Peter Babnic)
 
Moumouni Dagano (70e Igor Tomasic)
Miroslav Baranek (46e Marek Kincl)
 
 
 
Igor Tomasic (rentre à la 70e)
 
 
Tomas Jun (rentre à la 55e)
 
Justice Wamfor (rentre à la 63e)
Peter Babnic (rentre à la 83e)
 
Takayuki Suzuki (rentre à la 81e)
Marek Kincl (rentre à la 46e)
 
 
 
 Buts :


25e Moumouni Dagano (0-1), 56e Karel Poborsky (1-1), 57e Wesley Sonck (1-2), 58e Jiri Jarosik (2-2),
64e Jiri Jarosik (3-2), 84e Pavel Mares (4-2).

 
 Carte
 Jaune
:

37e Zdenek Grygera, 39e Wesley Sonck, 59e Bernd Thijs, 68e Justice Wamfor, 83e Koen Daerden.


 
 Carte
 Rouge
:




 
 Arbitre :
 Stade :
M. Kyros Vassaras

Stadion Letna à Prague. (12.856 spectateurs)
Retour en haut de page
Retour en haut de page
 
Genk tient sa C1 mais a vu 36 chandelles (Journal Le Soir du 28 août 2002)

Entamée sur un mode mineur, avec quelques incidents impliquant des supporters genkois et praguois sur le parking du Letna Stadion (deux fans belges finiront leur séjour à l'hôpital, victimes l'un d'un coup de couteau à la main et l'autre d'une blessure ouverte à la tête), la soirée limbourgeoise s'est achevée dans l'apothéose d'un immense frisson collectif. avec une qualification contestée jusqu'au bout par le Sparta Prague.
Sef Vergoossen avait beau connaître le Sparta presque aussi bien que son propre entraîneur, il avait avoué être dans l'incertitude totale sur la tournure du début de rencontre. En fin de compte, malgré un handicap de deux buts à remonter, c'est un vice-champion de Tchéquie fidèle à lui-même qui donna une fausse impression de nonchalance durant les premiers échanges.
Heureusement pour eux, les Limbourgeois ne se laissaient pas piéger par leur tempérament offensif et se contentaient d'une gestion relativement saine d'une situation qui sentait le piège à plein nez. Il fallut ainsi un réflexe étourdissant de Moons sur une tête à bout portant de Baranek pour ne pas mettre le Sparta sur les rails d'un scénario d'enfer dans un stade qui ne demandait qu'à s'enflammer.
Quelques minutes après, ce même Baranek faillit être à la conclusion d'une partie de flipper dans le petit rectangle belge. Sans être poussé dans ses derniers retranchements, loin de là, Genk s'en sortait bien.
Et comme la chance ne sourit jamais qu'aux audacieux, un coup de coin de Skoko fut transformé en or par Dagano (0-1).
Restait la mise en orbite, a priori l'opération la moins compliquée puisque le Sparta était désormais contraint de passer 4 buts à son adversaire pour ne pas se faire reléguer en Coupe de l'UEFA.
Une tête de Novotny et un tir de Zelenka sur le poteau juste avant la pause ne constituaient que des avertissements en regard de ce qui allait tourner à la furia avec 120 secondes folles ou le score passa à 2-2 via Poborsky, Sonck et Jarosik avant que ce même Jarosik ne signât le 3-2 et que Mares ne fît 4-2 à 6 minutes du terme dans une atmosphère devenue folle. Littéralement essorés par un adversaire jetant plus que ses dernières forces dans la bataille, les Genkois, encore qualifié au bénéfice des buts inscrits à l'extérieur, en étaient quitte pour l'émotion de leur vie !

FRÉDÉRIC LARSIMONT (Journal Le Soir du 28 août 2002)

Source : Les archives du journal Le Soir